• Facebook Social Icon
  • Icône social Instagram

Toute reproduction totale ou partielle des photographies présentées sur ce site ne sont pas libre de droit. Veuillez respecter les droits de l'auteur. Merci !

Please reload

Articles récents

La drôle d'adaptation des plantes carnivores...

May 18, 2017

Dans certains mythes, figurent des grosses plantes carnivores voraces et insatiables qui se nourrissent d’êtres humains. Mais qu’en est-il dans la réalité ? Ces plantes bien particulières se développent sur tous les continents, de l’Irlande au Vénézuela. Il en existe plus de 700 espèces dans le monde et près d’une petite vingtaine en France. Elles sont nommées ainsi car elles sont capables d'attirer (via divers stratégies) et de capturer des proies puis de digérer tout ou partie afin de subvenir (partiellement) à ses propres besoins.

 

Pour réussir à subsister dans des milieux où le déficit nutritif est marquant (tourbières, parois rocheuses, perchées dans les arbres…), elles ont du s’adapter et mettre en place des stratégies dans le but d’obtenir des nutriments, indispensables à leur survie, en plus de ceux puisés dans le sol. Ces plantes ont optées pour la carnivorie et elles ont la faculté de capturer des proies grâce aux développements de pièges. Ces pièges sont, dans la plupart des cas, des feuilles modifiées. La diversité morphologique et fonctionnelle de ces pièges est remarquable. L’outre de capture des Utriculaires, l’urne des Népenthès, les mâchoires des Dionées, les poils gluants des Rossolis, etc. sont des adaptations indépendantes à la fonction carnivore. Les proies visées sont essentiellement des insectes, acariens et autres petits invertébrés. Néanmoins, autour du globe, certaines espèces présentant des pièges de grandes tailles, arrivent à capturer des petits mammifères et petits amphibiens ! 

 

Mais quelles sont leurs secrets pour attirer leurs proies sans devoir se déplacer ? La couleur y est pour quelque chose : en effet, les pièges des carnivores sont généralement très colorés. Et nous le savons bien, les insectes aiment les couleurs ! Sinon toutes nos fleurs seraient pâles et incolores… Mais ce qui les attire par-dessus tout, c’est l’odeur ! Ces plantes émettent des composés volatils qui donnent une odeur mielleuse et sucré, leurrant les phéromones sexuelles des insectes. Surprenant non ?

 

Maintenant que nous savons comment elles attirent leur butin, quels moyens de captures ont-elles développé ? Et comment arrivent-elles à les digérer ? Les pièges des plantes carnivores sont caractérisés par leur mobilité et leur rapidité pour quelques-unes :

  • Les pièges dits « actifs » sont doués de mouvements rapides. On les retrouve chez les espèces des genres Dionaea et Aldrovanda qui ont des pièges sous forme de trappes formées de deux lobes se fermant grâce à un axe comme une mâchoire. La fermeture de celle-ci se produit au moment où la proie entre en contact avec des cils excitables (la fermeture du piège peut être réalisée en 1/30 s chez Dionaea et en 1/500 à 1/1000 s chez Aldrovanda). On retrouve également les espèces du genre Utricularia qui présentent des pièges actifs à succion, c’est-à-dire qu’il ne fonctionne qu’en milieu aquatique et se déclenche lorsqu’une proie (microscopique) les effleure.

 

  • Les pièges « semi-actifs » portent des tentacules et sont capables de mouvements lents enveloppant la proie pour une digestion plus efficace. On les retrouve chez les espèces des genres Drosera et Pinguicula. Les Drosera sont munies de tentacules recouvertes de gouttelettes de glue (mucilage). Lorsqu’une proie se pose sur ces gouttes, les feuilles vont s'incurver progressivement dans la zone où il y a eu la capture afin d'amener autour de la proie un grand nombre de tentacules et donc de diriger la victime vers les glandes digestives situées au centre des feuilles. Chez les Pinguicula, les feuilles peuvent ou non selon les espèces se plier légèrement ou s'enrouler pour maintenir la proie. Les tentacules plus petits et plus nombreux sont en revanche totalement dépourvus de mouvement.

 

  • Les pièges « passifs » sont immobile mais tout aussi efficace. On distingue les pièges à cornets (retrouvés chez les Sarracenia, Heliamphora et Darlingtonia), les pièges à tentacules mais où les poils sont complètement immobiles (observés chez les Byblis et Drosophyllum) et enfin les pièges à urnes (retrouvés chez les Cephalotus et Népenthes). En ce qui concerne les pièges à tentacules, le processus se fait de la même façon que chez les Drosera par exemple, néanmoins, les poils gluants sont dépourvus de mobilité. En revanche, les pièges à cornets et à urnes présentent un peu la même physionomie. Les insectes attirés par des glandes à nectar située près du sommet du piège et pénètrent par l'ouverture. Les proies glissent à l’intérieur et tombent dans le liquide contenu dans le piège. Mais la paroi interne de ces pièges est soit visqueuse, soit garnie de poils dirigés vers le bas, soit munie d’un bourrelet infranchissable (Cephalotus), interdisant toute remontée.  Après moult efforts, les proies se noient et sont digérés lentement grâce aux enzymes contenu dans le liquide.  Un peu pervers pour une plante…

 

Mais qu’en est-il de ces végétaux si intriguant sur notre plateau landais ? Dans les Landes de Gascogne, les plantes carnivores sont belles et bien présentes. En effet, quatre genres dégroupés en 7 espèces ont été contactés : Aldrovanda vesiculosa, Drosera rotundifolia, Drosera intermedia, Pinguicula lusitanica, Utricularia australis, Utricularia intermedia, Utricularia minor. On en retrouve certaines sur les tourbières acides comme les Drosera et Pinguicula ou encore dans des petites dépressions d’eau voir des mares ou étangs comme les Utricularia ou Aldrovanda.

 

Drosera rotundifolia (France - Landes)

Drosera rotundifolia (France - Landes)

Drosera intermedia (France - Landes)

Pinguicula lusitanica (Landes - France)

Pinguicula lusitanica (Landes - France)

 Fleurs de Pinguicula lusitanica (Landes - France)

Crédit photo : Wendy LESNIAK

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives